• ven. Déc 9th, 2022

Edouard d’Espalungue : Vivons-nous dans une simulation ? Critique de Reality+ de David J. Chalmers

Byadmin

Jan 20, 2022
edouard d'espalungue

Une enquête philosophique qui soutient que les mondes virtuels sont tout aussi réels que tout ce que nous vivons. Le point avec Edouard d’Espalungue.

Dans le film Matrix (1999) des Wachowski, la vie ordinaire du personnage central, Neo, se révèle être une illusion. Sa réalité teintée de vert est en fait une simulation numérique créée en connectant des cerveaux humains à un ordinateur. Lorsque Neo avale la pilule rouge que lui offre Morpheus, son corps est déconnecté du système informatique et il est plongé dans une réalité nouvelle et effrayante : pour la première fois, il fait l’expérience du monde physique.

Mais comme le souligne le philosophe David Chalmers, comment Neo peut-il savoir que cette nouvelle réalité n’est pas une autre simulation convaincante ? Ou, comme le dit le professeur Cornel West (qui a joué le rôle du conseiller de Sion dans Matrix Reloaded) : “Ce sont des illusions sur toute la ligne”. Chalmers invite son lecteur à s’égarer tête baissée dans des questionnements philosophiques époustouflants : est-ce – pour paraphraser Bohemian Rhapsody – le monde réel, ou est-ce seulement de la fantaisie ?

Bien que l’intérêt de Chalmers pour la réalité virtuelle en tant que problème philosophique ait commencé lorsqu’on lui a demandé d’écrire un essai pour le site officiel de The Matrix au moment de sa sortie, il est aujourd’hui en désaccord avec le principe du film – à savoir que la simulation numérique dont le film tire son nom est une illusion. “Le monde de Neo est parfaitement réel”, écrit-il. Sur 544 pages, Chalmers soutient que la réalité virtuelle (RV) est en fait une “réalité authentique”.

Edouard d’Espalungue : “Le sentiment d’habiter un monde commun”

Chalmers a appris à écrire des programmes informatiques à l’âge de 10 ans et a découvert son premier monde virtuel en 1976, le jeu textuel Colossal Cave Adventure. Aujourd’hui, il utilise régulièrement différents systèmes de RV : “Je mets un casque, j’ouvre une application et je me retrouve soudain dans un monde virtuel”, écrit-il. Dans la RV, il a adopté un corps féminin, visité Mars, affronté des assassins et s’est envolé dans les airs comme un oiseau. Pendant la pandémie, il l’utilisait régulièrement pour discuter de philosophie, retrouvant sa “joyeuse bande de collègues philosophes”. Même si la technologie est encore quelque peu maladroite, note-t-il, “nous avions le sentiment d’habiter un monde commun”.

Le récent changement de nom de Facebook en Meta – abréviation de “metaverse”, un terme emprunté au roman Snow Crash de Neal Stephenson paru en 1992 – a signalé l’importance croissante de ces nouvelles cybertechnologies immersives. Le casque Oculus Quest de Facebook est déjà disponible et Apple devrait en sortir un prochainement. La réalité augmentée (RA) progresse également, offrant une manière de vivre le monde à la fois virtuelle et physique, avec des objets numériques ou du texte superposés dans le champ visuel. M. Chalmers pense que la RA pourrait initialement avoir plus d’influence que la RV, en remplaçant entièrement les ordinateurs.

À mesure que la technologie progresse, les lunettes ou les lentilles de contact de RA pourraient être remplacées par des implants rétiniens ou cérébraux. Une interface cerveau-ordinateur permettrait de contourner nos yeux et d’autres organes des sens, donnant accès à une gamme complète d’expériences sensorielles simulées. En fin de compte, cela transformera notre façon de vivre, de travailler et de penser : “Je pense que d’ici un siècle, nous aurons des réalités virtuelles qu’il sera impossible de distinguer du monde non virtuel”, prédit M. Chalmers.

Il pense qu’à terme, de nombreuses personnes passeront la majeure partie de leur vie dans ces univers, tout comme aujourd’hui les gens choisissent d’émigrer dans un autre pays : “Compte tenu de toutes les façons dont les mondes virtuels peuvent surpasser le monde non virtuel, écrit-il, la vie dans les mondes virtuels sera souvent la bonne vie à choisir.”

Chalmers rejette l’idée que les expériences numériques sont toujours de simples fantasmes d’évasion, comme elles peuvent l’être dans les jeux vidéo : “Les simulations ne sont pas des illusions. Les mondes virtuels sont réels. Les objets virtuels sont réels.” Il est clair qu’ils ne sont pas identiques aux objets non virtuels, mais une chaise virtuelle est créée à l’aide de processus numériques, tout comme une chaise physique est faite d’atomes et de quarks.

Il s’ensuit que ce qui se passe dans les mondes virtuels est bien réel. Vous pourriez y passer votre vie entière et y trouver un sens et un épanouissement. En fait, Chalmers affirme que nous pourrions déjà être les habitants d’une réalité virtuelle : “Nous ne pourrons jamais prouver que nous ne sommes pas dans une simulation informatique, car toute preuve de la réalité ordinaire pourrait être simulée.”

C’est ce qu’on appelle l’hypothèse de la simulation, le scénario qui est exploré dans le film Matrix Resurrections, sorti récemment. Chalmers souligne que les humains ont déjà inventé des jeux qui simulent la vie réelle, comme les Sims. Ces jeux deviendront de plus en plus sophistiqués avec le temps, et des versions de ces jeux fonctionneront sur des millions d’appareils. En outre, dans le reste de l’univers, “si des extraterrestres ont une intelligence de niveau humain, ils devraient finir par développer des ordinateurs et les programmer. Si ces civilisations extraterrestres survivent suffisamment longtemps, elles créeront probablement des univers simulés.” Statistiquement parlant, cela signifie que les êtres simulés sont probablement déjà beaucoup plus nombreux que les êtres “réels”. En d’autres termes, il est plus probable que nous vivions dans une simulation que dans la version originale de notre monde.

https://www.youtube.com/watch?v=guHt8dcCi-U

Si nous vivons effectivement dans une simulation, alors son créateur est notre dieu, qu’il s’agisse d’un scientifique fou, d’un extraterrestre ou d’une adolescente qui a appuyé sur un bouton dans SimUnivers et nous a mis en route. En tant qu’athée, dit Chalmers, “l’hypothèse de la simulation m’a fait considérer l’existence d’un dieu plus sérieusement que je ne l’avais jamais fait auparavant”.

En fin de compte, Reality+ vise à étendre notre sens du réel. L’idée centrale de Chalmers, selon laquelle “la réalité est plus importante que nous ne le pensions”, est séduisante.

Il a pris un sujet que la plupart des gens rejetteraient comme de la pure science-fiction et a produit une enquête philosophique très lisible. L’ensemble de l’ouvrage est un exercice de ce que Chalmers appelle la “technophilosophie” : poser des questions philosophiques sur la technologie et utiliser les nouvelles technologies pour répondre à des problèmes philosophiques. Il aborde des idées franchement déroutantes, mais le fait dans un style vivant et divertissant, truffé de références à la culture pop. La seule question est de savoir si vous voulez vraiment découvrir jusqu’où vous perdre dans les fils de la toile va vous mener. Mais alors, qu’avez-vous à y laisser, si ce n’est vos illusions ?

Qui est Edouard d’Espalungue ? En savoir plus ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.