Du livre au film : Quelles étapes ?

En faisant un rapide voyage dans le temps, on s’aperçoit très vite que les adaptations de livres au cinéma ne datent pas d’hier. Le premier livre a avoir été adapté au cinéma était un livre de Jules Verne, De la Terre à la lune, et avait été adapté à l’époque au cinéma en 1902, par G.Méliès, l’ayant appelé Le voyage dans le lune. C’est d’ailleurs le film qui permettra le développement du genre science fiction au cinéma. 

À la genèse du cinéma, adapter un livre à l’écran était perçu comme un acte très innovant et novateur, permettant ainsi de populariser une œuvre. À tel point qu’en 1939, la plupart des films qui sont présentés aux Oscars sont des adaptations ! Cette année là, on retrouvait par exemple Des souris et des hommes, Les hauts de Hurlevent, ou encore La magicien d’Oz. Et de 1929 à 1977, les trois quarts des films oscarisés en tant que meilleur film sont des adaptations. Pour parler chiffres, aujourd’hui, lorsque l’on va au cinéma, près d’un quart des films sont une adaptation. Une catégorie qui a donc son importance. Cependant, les choses ont eu tendance à changer, et aujourd’hui on adapte plus seulement des classiques à l’écran, mais on retrouve un petit peu de tout, allant de la romance, aux thrillers, en passant même par les films d’horreur. Mais alors, comment passe-t-on d’un simple livre, à un film ? 

Lorsqu’un livre est écrit, l’agent de l’écrivain ira lui-même rencontrer un agent, dont les qualités sont un peu plus précises dans le domaine, ayant pour rôle de contacter les auteurs, les acteurs, les producteurs et réalisateurs. Il fera ensuite la promotion du livre à des producteurs et réalisateurs connus pour avoir l’habitude d’adapter des livres au cinéma. En France, c’est un peu différent. C’est l’éditeur qui négocie directement avec le producteur. Des services sont même créé à cet effet dans les plus grandes maisons d’édition, où l’on s’occupe de tout ce qui est droit audiovisuel notamment, et où on est en charge de contacter les producteurs pour les informer des livres pouvant les intéresser au format film. Une fois que le producteur est intéressé par un livre, il y a alors ce que l’on qualifie de prise d’option, suite à laquelle le producteur va donner une avance de 10% minimum du chiffre final à l’auteur, et bloque par ce fait les droits de son livre. En moyenne, cela bloque le livre durant un à deux ans. Malheureusement, beaucoup signent des prises d’option sans que le livre ne soit finalement adapté à l’écran par la suite. C’est précisément à ce moment que l’auteur décide de la place qu’il aura dans le film. Il n’est pas rare de reprocher à un film de ne pas être assez fidèle au livre, de ne pas être assez bien adapté. L’auteur est souvent la personne désignée comme seul coupable, mais finalement, à moins d’être J.K Rowling ou Stephen King, il est souvent difficile pour un auteur peu connu d’imposer sa place dans le film. L’auteur est donc parfois assez en retrait, et n’a parfois même, pas son mot à dire. Veronica Roth, l’auteur de Divergente, par exemple, a beaucoup été critiquée quant à l’adaptation de son livre au cinéma, n’étant pourtant pas impliquée dans la production du film. À l’inverse, certains producteurs décident de réaliser et produire eux-même leur adaptation, comme Stephen Chbosky, avec son livre le monde de Charlie, sorti en 1990 qu’il décidait ensuite d’adapter lui même à l’écran. 

Les adaptations littéraires au cinéma : quel succès ?

Lire aussi : 10 livres étonnants sur Napoléon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *